Dallas Buyers Club

@ web pictures
@ web pictures

Je voulais le voir depuis le FNC. Je l’ai finalement vu avant Noël, avec ma copine Jani.

Nous en avions beaucoup entendu parler, en bien. Nous n’avons pas été déçues.

Un film très bien réalisé par Jean-Marc Vallée, de façon très réaliste, crédible, directe. Sans artifices et surtout, avec beaucoup d’impact. Je me dois de souligner l’incroyable transformation de Matthew McConaughey, qui a complètement assumé ce rôle en perdant bien 30 livres, et en personnifiant complètement la maladie qu’il défend dans le film. C’est vraiment impressionnant de voir à quel point un acteur peut s’engager dans une production. Bravo pour le courage. Son acolyte, joué par Jared Leto, est également phénoménal dans sa transformation physique mais surtout, dans son jeu. Ils sont vraiment excellents. Leurs récentes nominations en témoignent heureusement.

J’ai beaucoup aimé l’idée de nous raconter l’histoire des débuts du SIDA au É.U., mais cette fois de façon très différente, intéressante, et méconnue (pour nous, en tous cas), à travers une histoire vraie. Celle de Ron Woodroof, un électricien, cowboy, playboy et homophobe raciste du Texas qui contracte le virus aux tous débuts de la vague dans les années 1980. C’est ce qu’on peut appeler un choc. En fait, un triple choc, puisqu’il apprend du même coup que ce magnifique cadeau n’est plus exclusivement réservé aux homosexuels, qu’il lui reste moins d’un mois à vivre et qu’il devra prendre en main les prochaines étapes s’il veut espérer avoir une petite chance.

Woodroof fera donc une incursion aussi rapide que profonde dans le monde du VIH, des médicaments disponibles et surtout de tous ceux qui ne le sont pas, à cause du contrôle très strict de la FDA à ce moment. Et la faim (ou plutôt la mort imminente) nécessitant les moyens, il ira au Mexique, au Japon et dans quelques autres pays chercher et rapporter les cocktails de médicaments, vitamines et suppléments nécessaires au traitement de cette impitoyable maladie. Il décidera donc d’en faire un ‘business’. Et il viendra du même coup en aide à la communauté gaie américaine, en démocratisant l’accès à ceux-ci à travers ce ‘club d’acheteur’, où la seule façon de pouvoir le faire légalement est de vendre un ‘abonnement’ (et non des substances illégales). Pour ce faire, il se trouvera donc un surprenant partenaire gai et travesti, Rayon, joué par Jared Leto. Et une complice inespéré, une femme médecin dépassée par l’inaction des hôpitaux et médecins, jouée par Jennifer Gardner, également très bonne.

Il est également très troublant , mais ô combien rassurant, de constater que de tels drames peuvent au moins avoir raison de préjugés, aussi énormes et puissants soient-ils, au passage. Non sans le fruits d’efforts titanesques, mais quand même. Tant qu’il y a de la vie, apparemment, il y a aussi de l’espoir. Si petit soit-il au départ…

Un film à voir, qui a été en projet depuis le milieu des années 1990, et qui a finalement vu le jour fin 2013.

Réal.: Jean-Marc Vallée (C.R.A.Z.Y., Young Victoria, Café de Flore),  É.U., 2013.

Screen Shot 2013-12-06 at 4.44.01 PM
@ web images

Suivez la Guilde

© Photo: La Guilde culinaire
© Photo: La Guilde culinaire

Grande amatrice de bonne bouffe et de cuisine depuis très longtemps, ça doit bien faire 5-6 ans que je me dis que j’aimerais beaucoup prendre des cours de perfectionnement, question d’acquérir enfin les ‘bases’ de la cuisine (il n’est jamais trop tard pour bien faire!?!) afin d’être plus à l’aise et donc, plus créative en la matière. J’avais récemment décidé de passer à l’action quand ma sœur nous proposa, avec mon frère, de s’inscrire ensemble à de tels cours. Et donc de joindre le très agréable, au tout aussi utile.
Après une recherche sommaire, notre choix s’est arrêté sur la Guilde culinaire rue St-Laurent, fondée par le chef Jonathan Garnier. Nous avons identifié deux cours qui nous intéressaient plus particulièrement: les sauces pour viandes et poissons, ainsi que la cuisson des viandes.
Nous avons assisté au 2e cours il y a quelques weekends (le premier a eu lieu en octobre). Nous avons vraiment beaucoup aimé l’expérience, ainsi que les chefs/professeurs. Une belle formule, dont l’intérêt premier, à mon avis, réside dans leur démonstration en direct. Rien comme de voir les gens dans le feu de l’action pour bien comprendre la méthode. Et comble de chance (et de joie, pour moi!): les dits chefs nous DEMANDAIENT de leur poser des questions, que dis-je!?!, nous OBLIGEAIENT à le faire! Je m’en suis donc donné à cœur joie. Et j’ai beaucoup appris. Sur la cuisson et les sauces, sûr, mais aussi sur la préparation des viandes, des accompagnements, sur divers ingrédients. Nous avons également découvert le beurre de cacao, que je commence à utiliser pour paner et/ou cuire les viandes, poisson, fruits de mer. Très belle découverte. J’ai la ferme intention de réitérer l’expérience en 2014. Plein d’autres cours intéressants à l’horizon… chocolat, repas rapides, etc.
Le jour du cours, nous avons également un rabais à la boutique. Je me suis retenue à 3 mains pour ne pas tout acheter. Incroyable les magnifiques et très utiles ustensiles, produits qui sont maintenant sur le marché. De bien belles idées cadeaux.
J’ai également découvert le livre du chef Garnier, que je ne connaissais pas et que j’ai trouvé vraiment très intéressant en le feuilletant. Je l’ai même offert en cadeau, au grand plaisir de la fêtée.

La Guilde culinaire, 6381 boul. St-Laurent, Montréal.

www.laguildeculinaire.com/fr

Les citations de Malcom S. Forbes

Je ne me souviens pas vraiment l’avoir connu à travers ses réalisations de son vivant (principalement le magazine américain ‘Forbes’). Mais j’ai récemment découvert plusieurs de ses très inspirantes et célèbres citations.
Je ne sais pas trop d’où me vient cet amour ou ce grand intérêt pour les citations. Surtout celles qui s’imposent d’elles-mêmes, nous donnent envie de réfléchir. Mais donc, j’ai toujours eu cet intérêt et Malcom Forbes était apparemment passé maître en la matière. De critique social à motivateur à philosophe, en passant par fin psychologue…
Certaines sont plus célèbres que d’autres. Je vous offre celles qui m’ont le plus touchée:
MA PRÉFÉRÉE, et la plus belle à mon avis : “The purpose of education is to replace an empty mind with an open one.”
“To measure the man, measure his heart.” (celle-là, je la dédie à mon chéri)
“The biggest mistake people make in life is not trying to make a living at doing what they most enjoy.”
“You can easily judge the character of others by how they treat those who they think can do nothing for them.”
“To live long and achieve happiness, cultivate the art of radiating happiness.”
Vraiment impressionnant, je trouve. Et en ces quelques lignes, tiennent des vérités qui prennent souvent des vies entières à apprendre.

Citation du jour

L’acteur américain Zachary Scott (maintenant décédé) a apparemment proféré un jour ces jolies, profondes et tellement justes paroles: ‘As you grow older, you’ll find that the only things you regret are the things you didn’t do’.
Traduction libre: En vieillissant (ou « avec les années »), vous réaliserez que les seules choses que vous regretterez sont celles que vous n’aurez pas faites ».
J’ajoute que ceci vaut même pour les choses qui nous apparaissent d’abord comme impensables, inatteignables. Nous sommes parfois nos seuls obstacles… ou les plus grands!

The Perks of being a wallflower

Tellement mon genre de film. On m’avait dit beaucoup de bien du livre (que je n’ai pas lu), mais la pochette du film me laissait un peu perplexe. Pourtant, même dans la signature artistique, on sentait vraiment le film d’auteur, l’histoire atypique et intéressante, l’humour intelligent et absurde. TOTALEMENT mon genre!
Et cela résume effectivement bien le film. Avec en plus, une jeune et très, très talentueuse distribution. Charlie, le rôle principal, (joué par Logan Lerman – qui avait aussi le rôle principal dans ‘Percy Jackson & the Olympians’) est renversant d’authenticité, de sobriété, de vérité même. On dirait presque un documentaire, parfois. Emma Watson (qui joue Sam) est excellente, touchante, sincère. Tout comme son acolyte et demi-frère dans l’histoire, Ezra Miller (qui joue Patrick). Un très beau rôle, assez complexe dans le propos, joliment rendu.
L’histoire est simple mais tellement vraie et même universelle dans son thème principal: les difficultés que Charlie, jeune étudiant du secondaire, rencontre: celles de vouloir à tout prix appartenir à un groupe, avoir des amis, faire partie prenante de cet univers non seulement du point de vue académique, mais social, sportif et bien sûr, amoureux. Après un début d’année difficile il fera la rencontre du duo improbable mais très original, assumé et inspirant que Sam et Patrick forment, un peu en marge mais complètement intégré dans cet environnement. Et ils prendront avec eux (et le reste de leur groupe) Charlie, tel qu’il est, sans pitié mais en ayant la maturité (improbable mais tellement souhaitable à cet âge) de le respecter et le guider dans plusieurs premières expériences.
J’ai souri, j’ai ri, j’ai été vraiment touchée, intéressée et jamais je n’ai décroché de l’histoire. Pas de flafla, pas d’exagération et surtout pas d’aberrations comme les films américains en sont parfois truffés. Et la musique est partie prenante du film, comme il se doit dans cette période-clé de la vie.
Je vous laisse sur cette citation si pleine de sagesse de Charlie à son extraordinaire professeur de littérature anglaise (joué par le très beau et tout aussi talentueux Paul Rudd): ‘Mr Anderson? (…) Why do nice people choose the wrong people to date?’. Tout est dit…
Réal.: Stephen Chbosky, USA, 2012. Il a également écrit le scénario et co-produit le film. C’est ce que je me dis toujours: tant qu’à avoir du talent, pourquoi ne pas l’exploiter au maximum sur chaque projet?!? 😉
En fouillant sur IMDB, j’ai découvert que ce réal a également fait un autre film en 1995, The four corners of nowhere. J’espère qu’on peut le trouver, car déjà le titre m’inspire!En même temps… ça remonte quand même à presque 20 ans… Faut voir!