mai 2005 archive

6 decembre 1989

Nouvelle entendue aujourd’hui dans quelques médias. Apparemment le projet est dans l’air. Celui de faire des tragiques et consternants événements de Polytechnique, un film. Apparemment aussi, la comédienne Karine Vanasse est associée au projet, tant comme comédienne que productrice-associée (si je ne m’abuse).
Sur le coup j’ai eu comme un haut le coœur. Et spontanément, je me suis dit «encore un autre drame humain que l’on va exploiter». Et que c’était une bien bizarre d’idée. Que toute l’horreur qu’ont vécue ces femmes et les gens autour d’elles ce jour là sont beaucoup trop graves pour en tirer profit. Ou pour simplement assouvir notre soif, toujours plus grande, de tout voir -même les pires choses-, celles qui sont les plus violentes et les plus gratuites. Où s’en va donc notre belle société, et sa morale (ou sa décence?) de plus en plus élastique?
Un peu plus tard dans la journée, quand j’ai encore entendu parler de cette histoire, je me suis mise à réfléchir davantage. À me demander qu’est-ce qui pouvait bien motiver une telle initiative? Et à tourner et retourner, dans ma tête, les questions qui émergent inévitablement autour d’un tel débat: est-ce que c’est sain, comme projet? Qu’est-ce qui est sain -et qu’est-ce qui ne l’est pas? Où commence la vie privée et surtout, quelles en sont les limites ultimes? Ou s’arrêtent nos libertés (et nos droits/responsabilités) individuelles et collectives? Qu’est-ce qui entre dans la catégorie voyeurisme, ou non? S’agit-il d’un prolongement du mouvement de plus en plus répandu et qu’on appelle la télé (ou la ciné?) réalité?
Bien évidemment, je n’ai pas de réponses à toutes ces questions. Je n’ai que d’autres questions, quelques opinions très personnelles mais surtout, comme il s’agit d’un sujet d’une extrême difficulté et tellement chargé d’émotivité… je pense qu’il n’y a pas vraiment de réponses. Ou de réponses valables, disons. Au sens de rationnelles, logiques, intelligentes.
La seule chose qui me semble pouvoir donner un sens à un tel projet serait qu’il vienne en aide (d’une quelconque façon) ou qu’il apporte un certain soulgement ou même une sorte d’exorcisation de ces drames pour les survivantes, les familles des victimes, les témoins impuissants. Là, au moins, je pense que, tout bouleversant que puisse être ce film (et je ne vois pas comment il pourrait en être autrement), il aura un rôle à jouer dans tout ça. Un genre de pertinence.
Je me suis même surprise à aller un peu plus loin en me disant qu’un tel projet devrait nécessairement venir en aide aux femmes victimes de violence, par exemple. En leur donnant une partie des profits (si profit il y a). Je ne sais pas, mais ça me semblerait important.
L’avenir nous dira donc ce qu’il en sera (plus tôt que tard… au moment d’écrire ces lignes je n’ai pas eu d’autre échos). Entre-temps, une autre question me trotte toujours en tête, beaucoup plus pernicieuse celle-ci: si effectivement ce projet voit le jour, que le film est fait et que les victimes (celles qui sont toujours en vie) y voient là un sens… est-ce que donc j’irai le voir?
Honnêtement, je n’en ai aucune idée. Aujourd’hui, je ne pense pas que j’y serais allée. Demain… on verra rendu là!

Gala du PCM

Je suis toujours très ambivalente quand revient le printemps et avec lui, le temps du gala du PCM. Pour ceux et celles qui ne sont pas dans le «milieu» (de la publicité et du marketing), c’est le gala annuel du Publicité Club de Montréal.
Je suis donc ambivalente car d’abord, je trouve qu’il y a beaucoup trop de galas au Québec. Tout le monde a son gala, maintenant, on dirait. Et je trouve que trop, c’est comme pas assez. Trop souvent, les québécois ont de la difficulté à reconnaître leurs réalisations et leur talent (collectivement), il me semble. Ou alors, c’est tout l’inverse et ils ne se peuvent plus, y allant à grands coups de «j’te donne un prix pour si» et «tu es le meilleur pour ça»!?!
Dans le cas de la publicité, je trouve que c’est encore plus particulier. Parce que d’abord, je considère que l’on fait des choses intéressantes, qu’on a certainement des artisans de grands talents, mais que nous révolutionnons rarement à ce chapitre. En tant que marché (et donc que consommateurs!) et en tant que société. Il s’agit tellement d’un petit marché, celui de notre province, c’est fou! En fait, si ce n’était de la ville de Québec et d’une ou deux boîtes qui y font exception, je pourrais parler de la publicité d’une seule ville -si grande soit-elle-, Montréal, et non d’une province en entier.
Entendons-nous bien: je crois qu’il est important de toujours essayer de se dépasser et, ce faisant, de reconnaître ceux qui y parviennent ou qui essaient vraiment très fort. Mais c’est justement à ce chapitre que j’ai l’impression qu’on se raconte un peu des histoires, en tant qu’industrie. C’est très personnel, comme point de vue.
Je pense que notre point fort est bien sûr la publicité d’humour, et ceci explique certainement la grande popularité de cette 2e industrie dans notre belle province, de même que le nombre d’humoristes que nous comptons parmi nous.
Mais des fois, j’aurais envie d’innovation majeure, de plus de subtilité et surtout, de moins de frilosité et de «politically correct». Je pense que nous sommes rendus très stériles à ce niveau. Et je rejoins Alex là-dessus, y en a marre de pubs vides de sens où les mecs passent pour des tarés et les femmes… des pseudos-génies. Dans un cas comme dans l’autre, c’est n’importe quoi et surtout, ça ne fonctionne pas du tout. En tous cas… on pourrait en écrire long sur le sujet.
Pour ce qui est du Gala, c’est toujours un peu la même chose: correct, -sans plus et sans moins- et généralement beaucoup trop long. Au moins, cette année, on n’a pas eu à se plaindre de ce côté. En exposant les nominations à l’avance, nous nous sommes sauvés un bon 2 heures. Bravo! Belle initiative, s’il en est une.
Au total, en pub, il y a environ 4-5 boîtes qui ont tout raflé (du moins m’a-t-il semblé). Je pense que cette situation est quelque peu tristounette et qu’il est grand temps que nous nous relevions tous les manches et produisions, tous ensemble, moins de quantité et plus de qualité. D’originalité. De diversité. Et surtout, qu’en tant que public/consommateurs, nous soyons plus ouverts et réceptifs. C’est mon avis, et je le partage!
Le party était agréable. D’abord et avant tout, à mes yeux, une belle occasion de revoir des gens que nous avons croisés, qui nous ont marqués et qu’on a un peu perdus de vue. On en reparlera peut-être l’an prochain!?!
P.S. Petite note qui n’a pas rapport mais le témoin d’une mini-réussite qui m’a procuré un grand plaisir! (non, je ne suis vraiment pas une computer-wiz!). Je viens de faire (et ça marche!) mon premier lien! You-hou! Une toute nouvelle perspective s’ouvre à moi!!!

A love song for Bobby Long

À la lecture de la pochette, on devine ce qui va arriver. À la fin du film, on le confirme. Vous savez quoi? C’est bien ainsi! Parce que ce n’est pas un thriller, ni un suspense. C’est un petit film tout en douceur sur les liens de sang, d’amitié et d’amour.
J’aime beaucoup John Travolta. Je le trouve bon comédien, amusant, sympathique, attachant. J’aime aussi beaucoup Scarlett Johansson. Elle est talentueuse, avec une présence et une beauté qui lui sont propres. Vous direz que je suis un peu facile dans mes liens si vous voulez… n’empêche, je me suis dit qu’un film mettant en vedette ces deux personnes serait à tout le moins intéressant. Et j’avais raison! (et/ou c’est une coïncidence, que sais-je moi!?!).
L’histoire d’une jeune femme dont la mère, absente depuis plusieurs années, meurt en lui laissant sa maison, ainsi qu’à deux de ses anciens amis proches (apparemment). Se développera alors une drôle de relation, un mélange de jalousie postume, de découverte, de confiance et d’amitié naissantes. Et de bien d’autres choses, comme on s’en doute.
Une fois de plus, je ne vous raconterai pas la fin, parce qu’elle est donc prévisible et que ce n’est pas plus mal. C’est une jolie histoire. Un film tendre et touchant, mais sans plus. Pas de grandes surprises, des images on ne peut plus simples -mais somme toute jolies- de la Nouvelle-Orléans. En fait, on voit plutôt la version « décor intérieur » de cet état, pour la majeure partie du film! Mais la longue scène du début, où Travolta traverse presque l’État au complet, à pieds, est vraiment belle et nous montre plusieurs jolies maisons et paysages typiques (tels qu’on les imagine, d’ailleurs, quand on n’y est jamais allée!).
La mise en scène est très classique. L’intérêt premier résidant, comme j’en faisais mention, dans les acteurs et les personnages qu’ils jouent (leurs prestations). Leurs simplicité (dans tous les sens du terme), leur côté authentique, leurs vies sobres mais remplies d’émotions (les vraies!), de musique et de rapports humains.
Réal.: Shainee Gabel, É.U., 2004.

Trois petits chats (Justine B.)

Non, je ne crois pas que vous la connaissez, et ce n’est pas très grave en fait. Justine est ma nièce et c’est également une petite fille formidable, enjouée et tellement coquine.
Comme je fais présentement office de mère-par-intérim, j’ai accès et j’ai donc droit, régulièrement, à de petites histoires farfelues, jeux de mots accidentels -mais non moins délicieux- et autres perles d’enfant. Rien que pour ça, moi, ça me ravit au plus haut point! Il y a bien sûr d’autres raisons, mais je m’en tiendrai donc à l’essentiel de mon propos, la chanson en question.
Dimanche, on est en train de jouer ensemble et Justine, la volubile nièce (qui a de qui tenir, apparemment!?!), fait semblant d’être une maman et joue avec ses toutous, en fredonnant distraitement et nonchalemment la chanson «Trois ptits chats». Vous connaissez? Une longue suite de rimes et d’enchaînements de mots.
Ça commence comme ça: (vous l’aurez deviné!):
«Trois ptits chats, trois ptits chats, trois ptits chats, chats, chats,
chapeau d’paill-e, chapeau d’paill-e, chapeau d’paille, paille, paille.
Pailla-sson, pailla-sson, pailla-sson, son, son…».
Et etc. Vous comprenez le principe, ou vous connaissez la chanson.
Mais la version de Justine est un peu différente de l’originale.
Et beaucoup plus rigolotte. À un moment, c’est devenu:
« (…) Denti-fri-ce, denti-fri-ce, denti-frice, frice, frice… (jusque là, ça va!)
mais au lieu de l’énigmatique «frise-à-plat» auquel je n’ai, du reste, jamais rien compris, on a eu droit à:
Frise à bol, frise à bol, frise à bol, bol, bol,
bol-e-ton, e, bol-e-ton, e, bol-e-ton, ton, ton (une autre invention!)
Ton-ta-marre, ton-ta-marre, ton-ta-marre, marre, marre…» (rien ne va plus!!!)
Et elle a ainsi rejoint les autres rimes (réelles et faisant parties de la version originale).
Chère Justine! J’ai tellement rit, dans la barbe que je n’ai (heureusement!) pas.
Pour ne pas la froisser, d’abord, mais aussi pour préserver cette naïveté et cette spontanéité qui font régulièrement mon plus grand plaisir et même, mon petit bonheur.
Ma seule déception étant de ne pas avoir eu, sous la main, une petite enregistreuse, question d’immortaliser le tout.
Mais bon, je la fredonne depuis, avec sa petite voix en tête, et ma foi, je me sens comme une spectatrice bien privilégiée!

Aqua Skye

C’est ma soeur, Christine, qui m’a fait découvrir ce magnifique endroit d’accessoires et surtout, de bijoux.
On y retrouve de fabuleux bracelets, de très belles bagues et boucles d’oreilles, avec colliers et pendentifs assortis, au besoin (et au goût!).
Des bijoux très originaux, faits de toutes sortes de pierres et de métaux, de toutes les couleurs. Des trucs très excentriques, d’autres plus classiques. Des bijoux maléables, presque vivants, par leurs styles et leurs formes.
On y retrouve des originaux de Paris, ainsi que des reproductions beaucoup plus abordables. Plusieurs créations québécoises aussi. Des prix vraiment suprenants et inversement proportionnels à la qualité et à la beauté des dits objets.
C’est un tout petit endroit. Il faut fouiner et surtout, ne pas hésiter à demander. Les tiroirs derrière le comptoir sont remplis de petits secrets bien gardés qui ne demandent qu’à vous être dévoilés.
Idéal pour se faire une petite gâterie qui ne passera pas inaperçue, ou pour un cadeau magnifique et chaque fois original.
Même leurs petits emballages sont jolis. Vraiment une bonne adresse à retenir. Pour les filles, cela va de soi!, mais aussi pour les garçons – pour faire plaisir à quelqu’une- ou même pour vous, car ils ont, entre autres, de très belles montres pour hommes.
2035 rue Crescent, entre Maisonneuve et Sherbrooke.

1 2 3