février 2008 archive

Ski faut

J’ai décidé de me mettre au ski alpin depuis le printemps dernier, et après un petit cours de deux heures et 4 sorties dans différentes montagnes des Laurentides, je commence, lentement mais sûrement, à avoir un certain contrôle et un tant soit peu de plaisir.
Mais j’avoue que le deux heures de cours ont été le pire investissement de ma vie: encore un peu, et le vieux schnoque me frappait car je ne réussissais pas à mettre en pratique ses conseils dans la minute qui suivait.
LES NERFS!
Par contre, et c’est là que 20 et même 30 ans d’amitié, de même 40 ans de fraternité entrent en ligne de compte: je dois lever mon chapeau et remercier chaleureusement mes amis, soeur/nièce adorés pour leur support, patience et bons conseils. Parce que c’est là où ce sport prend tout son sens. Et moi, un peu d’assurance.
C’est tellement trippant d’être dehors par une belle journée d’hiver, de dévaler (mettons…) les pentes et de profiter tant du paysage, de la compagnie que du grand air, avec en prime quelques frissons et moments de stress ici et là.
Mais j’exagère. C’est tout bon.
Et surtout: je le veux et donc, je le peux. Déjà, des amis ont qualifié ma prestation du week-end de «très bonne, pour une débutante». Apparemment, j’ai l’air, la chanson devrait (donc) suivre dans pas long.
Yesssssssssssss.

Je crois que je l’aime

Pas un grand film, ni un film d’auteur du reste, mais le pendant français des comédies romantiques américaines, avec un peu plus de «viande» et d’intérêt en prime, disons.
Ainsi que de (vrais) grands acteurs, j’ai nommé Vincent Lindon et Sandrine Bonnaire. Qui y sont tout à fait crédibles et agréables.
C’est l’histoire d’un riche président d’une multinationale de télécommunication qui tombe (très) subitement amoureux d’une artiste de la céramique qui vient réaliser une mosaïque au rez-de-chaussée des bureaux de son entreprise. Mais qui, échaudé par une relation/désillusion précédente, fera suivre l’artiste par un détective-privé pour s’assurer de l’intégrité de celle-ci.
C’est bien, c’est bien joué, c’est agréable. Un bon divertissement.
Moi, ce qui m’a le plus marquée au passage, c’est une jolie citation d’un des personnages du film, le «célèbre Professeur Della Ponte», une prétendue sommité en la matière (joué par Venantino Venantini), qui citera à son tour son ami Francis Ford Coppola, en affirmant: «Toute création est une victoire sur la peur.» «Et on pourrait dire aussi la même chose sur l’amour», d’ajouter le dit Professeur.
Eh bien voilà, il ne m’en fallait pas plus pour capter mon attention, et mon intérêt.
Réal.: Pierre Jolivet, France, 2007.