Archive of ‘Intense’ category

Certification PADI

Je pense que ça devait bien faire un gros 20 ans que je voulais prendre mon cours et faire ma certification, si je ne m’abuse. En fait, ayant manqué mon coup au Cégep, je n’ai jamais vraiment eu l’occasion depuis. Ni ne l’ai vraiment provoquée non plus.
C’est donc à la suggestion de mon beau chéri que nous nous y sommes jetés corps et âme à la mi-août avec sa belle grande, soit pendant notre 2e semaine de vacances.
My god! Une semaine intense, s’il en fut une.
Bien remplie d’étude le jour, et de longs cours théorique et pratique de soir.
Suivi de la certification le week-end, entendre samedi ET dimanche.
Ouf!
J’ai l’air de me plaindre (et c’est un peu vrai, car j’avoue bien égoïstement et bien humblement que j’aurais donné dans la farniente de luxe toute la semaine, si j’avais pu le faire) mais en même temps je pense que nous ne l’aurions probablement jamais fait autrement. Toujours tellement difficile de se prévoir plusieurs week-ends en ligne -et de s’y commettre dans les faits par la suite.
Toute une expérience, donc.
Avec un instructeur plutôt rigolo et fort expérimenté, le breton Samuel.
Qui nous en a donné plus que le client en demande, tant en énergie qu’en savoir.
Malgré des petits problèmes d’oreille/d’accoutumance, ce fut une bonne expérience.
Bizarrement, j’ai beaucoup aimé la partie théorique (au grand dam de mon «MacGyver» par excellence), et plus spécialement les tables de plongée qui nous permettent de calculer nos groupes de pression/intervalles de surface et escapades successives. Fouillez-moi pourquoi, car je ne pense pas me lancer dans une carrière qui me demandera vraiment de les utiliser à fond… Mais c’est utile et surtout, moi, ça me détend, apparemment.
Côté pratique, j’ai bien aimé aussi mais j’ai trouvé cela un peu plus difficile que je l’avais prévu et imaginé. Surtout que je suis de nature une fille d’eau, et que je nage et y suis à l’aise comme un poisson. J’étais vraiment fatiguée après les plongées et littéralement épuisée après notre week-end. Et sourde! Surtout du côté gauche. Mais c’est tout bon, j’exagère, vous me connaissez bien… ;-)
Le volet en piscine était intense aussi, à Mirabel. On y a tranquillement appris à apprivoiser la chose.
Et la certification en eau libre, au Lac Morgan à Rawdon était d’autant plus flyée. Visibilité quasi-nulle, mais intérêt et excitation doublés par la réalité de l’affaire.
Un genre de «Crabe dans la tête», façon perso. Salutations au très talentueux André Turpin, en passant.
Je me suis retrouvée toute recouverte de ce lourd équipement, au fond du Lac, à faire et refaire les différents exercices de prévention, principalement. D’ailleurs, c’est un de mes plus grands questionnement, ça, resté plutôt sans (réelle) réponse: une majorité du volet pratique est consacré à la prévention de tous les possibles accidents/problèmes. Mais chaque fois, Sam nous confirme que «ça n’arrive jamais». Vous me voyez donc venir avec mes grosses palmes: pourquoi donc y consacrer tant de temps et d’énergie!?! (oui, oui, je sais, au fond. Mais vous me connaissez. À nouveau, fallait que j’en parle!!!).
Petite déception en terminant: un surplus de matière vs le temps disponible conjugué à l’indiscipline de plusieurs participants nous a amenés à devoir terminer les examens et le volet théorique quelques mois plus tard. Mais là c’est fait (depuis octobre). You-hou!
Alors à nous maintenant les poissons, les coraux, les épaves et autres découvertes, et à mon chéri les harpons et expéditions sous les glaces! Vraiment pas certaine d’y adhérer un jour, malgré ma légengaire ouverture de corps et d’esprit et toute ma bonne volonté.

Moins 1000

Je termine (snif! snif!) une très bonne semaine de vacances avec ma formidable famille, passée, en majeure partie… à l’extérieur.
À -1000 degrés Celsius.
Croyez-le, ou non!?!
MY GOD qu’il a fait froid!!!
Mais je me plains pour me plaindre, car même si ce n’est pas agréable à proprement parler (loin de là!)… nous en avons profité beaucoup quand même. J’en suis moi-même surprise, d’ailleurs.
Mais la chaleur humaine aidant… c’est sûr!
(En fait, pour être très honnête… je pense surtout que c’est la fin des vacances qui me donnent envie de chialer ainsi).
Merci à ma grande sœur/amie/complice, Cri, pour l’hospitalité et le gros fun sale (sous toutes ses formes). Merci à ma coloc, mon adorée Justine, pour sa grande gentillesse et à mon filleul adoré pour son énergie communicative. Et à mon beau-frère, pour sa patience!
Et merci à mon très fort et très courageux de frère… pour avoir été parmi nous, avec sa belle ptite gang (la super et enjouée Sophie, Julien le magnifique et l’énergique Robaxacet). Qu’est-ce qu’on a rit, que ça a fait du bien, et qu’on étaient dus, hein? Tu es sûrement le mieux placé pour comprendre vraiment l’expression «ne rien perdre pour attendre», toi, non?!?

Visage retrouvé

Une pièce que j’ai vue récemment, jouée entièrement par l’extraordinaire Marc Béland.
D’entrée de jeu (virtuellement et littéralement), je me dois de lui faire mes excuses, au beau et si talentueux Marc, de même qu’à François, qui m’a fait le grand plaisir de sa présence ce soir là. Je déteste quand ce genre de réaction m’arrive! La pièce débute tout doucement, tout en silence, le personnage fait son entrée, et marche lentement vers nous, toujours en silence, vient se placer tout près, en avant de la scène. Un moment qui semble interminable, insaisissable, qui me met, moi, chaque fois un peu mal à l’aise et qui, du coup, provoque un fou rire (étouffé). Comme j’étais désolée! Heureusement, j’ai réussi à me contenir, et tout est rentré dans l’ordre, non sans peur et quelque misère, par contre… Mille excuses, donc, pour cette maladresse aussi involontaire qu’incontrôlable.
La pièce, c’est l’histoire dense et complexe de Wahab, petit garçon du Liban dont nous faisons la connaissance à 4 ans à peine. C’est son difficile et long périple qui le mènera jusqu’à Montréal, en passant à travers toute la gamme possible des événements et des conséquences qu’ils provoquent, tous plus sérieux et dramatiques les uns que les autres. De la guerre à l’apprentissage, de l’amitié à l’amour, des liens serrés de la famille à l’exil. La découverte de soi et des autres. Des marques profondes que tous ces passages provoquent sur nous et en nous. De la colère, la peur, la résignation, le refus.
La mise en scène est vraiment intéressante. La scène, d’abord, presque dénudée. Quelques accessoires ici et là qui marqueront les événements ou une transition. Des éclairages parfois sanglants, parfois voilés et doux, selon les propos.
Et un Marc Béland incroyable. Qui nous raconte cet enfant à travers les âges de magnifique façon. Qui nous permet d’y croire complètement. De cheminer avec lui. Marc Béland qui n’en finit plus de raconter, de vivre, de changer, de souffrir et même, de nous faire rire. Un jeu solide, simple, très convaincant. Impressionant.
À l’inverse de sa prestation, nous sommes restés sans mot dire. Même si j’ai parfois eu l’impression de ne pas tout bien saisir, cette histoire est d’une intensité telle qu’elle ne peut laisser indifférent(e). Du moins, ce fut le cas pour moi.
De Wajdi Mouawad, au Théâtre d’Aujourd’hui, mise en scène de Marcel Pomerlo.

Les reines

La dernière pièce du Théâtre d’Aujourd’hui, que j’ai vue récemment. Qui raconte l’histoire de femmes et aspirantes-à-la-couronne, qui se jalousent, se déchirent et complotent les unes contre les autres, tout un jour durant, étant donné la mort imminente du roi. L’histoire se déroule en Angleterre (Londres) en l’an 1483.
Dès les premiers mots, un constat s’est imposé de lui-même dans ma tête: TROP! Trop, beaucoup trop de texte, de paroles, de mots. Sans fin. Du début jusqu’à la fin, pour être précise. J’ai déjà assisté à plusieurs pièces de théâtre plutôt verbeuses, mais à ce point, jamais! Peut-être aussi en raison de la densité du texte qui vient ajouter à l’ampleur générale?
La pièce est portée, de majestueuse façon, par plusieurs comédiennes de talent (et de mémoire!) : Louise Bombardier (une comédienne très polyvalente, que l’on voit beaucoup ces temps-ci), Christiane Pasquier (que l’on avait pas revue depuis des lunes, toujours très bonne, dans un rôle vraiment de composition), Béatrice Picard (incroyable de noblesse), Louise Laprade (toujours aussi théâtrale et percutante). Et quelques autres comédiennes, également talentueuses, que je ne crois pas connaître.
Les décors sont, une fois de plus, simples et magnifiques. Un mélange entre un château et un donjon, sombre, avec des écrans et projections vidéo intégrés aux fenêtres, en arrière-plan. Vraiment intéressant. Avec des palliers, des étages, des escaliers, des descentes et des remontées.
La mise en scène est habile, pleine d’opposition et de contradiction, de mystère, à l’image des personnages qu’elle anime. Un des intérêts majeurs de la pièce réside dans le jeu des comédiennes, leur double-jeu, en fait, le leur et ceux que jouent leurs propres personnages, entre eux.
Théâtre d’Aujourd’hui, 3900 rue St-Denis. Texte de Normand Chaurette, mise en scène de Denis Marleau, saison 2005.

Head-on

J’ai vu ce film avec ma super complice de cinéma, Julie, il y a quelque temps déjà, au superbe ExCentris. Nous avions une bonne idée de ce à quoi nous devions nous attendre, mais quand même, impossible de s’y préparer à l’avance. Percutant. Vraiment.
Un très beau film, mais également très intense et difficile. Un film qui parle de l’amour mais surtout de la peine la suivant ou causée par celle-ci, de la déchirure, de la douleur pure et vive. De la désillusion aussi, qui en découle souvent.
Un film tourné très simplement, à la dure, pas très loin du documentaire dans le traitement et la l’authenticité. Avec une atmosphère presque hallucinante, qui rend de façon aussi juste que réaliste l’histoire et les événements. On est assis sur le bout des fesses, et on les tient serrées (malgré nous), presque tout le long.
Un scénario très touchant qui part de la vie d’un écorché vif, qui rencontre une femme à une croisée de chemins dans sa propre destinée. Deux êtres d’une fragilité et en même temps d’une force incroyables. C’est leur histoire, commune et séparée, leur destins apparemment inchangeables et incontournables. Mais qu’est-ce qu’on aimerait intervenir, changer le cours du récit, des événements. C’est une belle histoire aussi, celle d’un amour (possible ou non), celle de l’espoir sans cesse renouvelé, celle du courage et de la détermination, plus forts que tout. Ou alors, c’est celle de la détresse sans fond, du découragement et de l’abandon, quand on a plus rien à perdre. Mais moi, je préfère la première version… celle qui a beaucoup avoir avec l’instinct de survie.
Les comédiens, que je ne connaissais pas bien, sont criants (dans tous les sens du terme) de justesse, de vérité, d’intégrité, à l’image de leurs rôles. Des prestations fantastiques.
Un film dont on ne ressort pas intact, pour sûr, mais qui nous affecte tout autant qu’il nous questionne et nous permet d’apprécier, selon!, la vie et ce qu’elle nous apporte. Seuls les films allemands ou des pays de l’est me procurent de tels sentiments, en fait. Et c’est probablement pourquoi je les apprécie autant.
Parce qu’on est touchés, bouleversés, mais on se sent en vie… et on ressent tout à coup l’urgence d’en tirer le maximum, là, maintenant. Je sais, je sais. Je suis moi-même une intense et une exaltée. Et c’est très bien ainsi, dois-je ajouter!
La trame musicale était vraiment bonne et à nouveau, percutante. De la musique vraiment collée au récit, bouleversante et très intense. On passe de la musique d’inspiration orientale, turque à Talk Talk (remake), Sisters of mercy et Dépêche Mode.
La «narration» visuelle -et musicale- est assurée par un petit groupe de musique avec chanteuse qui nous accompagne, à différents moments ou étapes du film, assurant ainsi un pont entre les événements. C’est, tour à tour, suprenant, drôle, joli, convenu puis charmant et finalement, définitif. Intéressant.
Réal.: Fatih Akin, Allemagne/Turquie, 2004.

1 2