avril 2005 archive

Le Pistou déjeuner

Un samedi ou dimanche matin, qu’il fasse beau -ou pas-, où j’ai envie d’un copieux déjeuner, somme toute assez traditionnel -ou pas!- mais fait de bon ingrédients frais et savoureux (alors là, oui!), où je me sens sociable mais que j’aspire à la convivialité… ce sera mon endroit préféré!
C’est un bel endroit, décor chaleureux, assez spacieux pour accueillir un bon nombre de gourmands en même temps et pas trop pour en perdre son cachet. Malgré tout, si on arrive passé 11h00… on y fera la file. Mais ça va plutôt vite, normalement, malgré le fait qu’une fois assis, on a systématiquement l’envie de prendre son temps! C’est assez bruyant, par contre. Du genre beaucoup de convives et de conversations, sur fond de musique légèrement rythmée.
Ils font de déclicieux mélanges de jus de fruits frais. Les oeufs, les accompagnements, tout est délicieux. On a l’embarras du choix en terme de pain, tout est bien frais. Les cretons (qui ne sont vraiment pas un de mes items préférés, normalement) sont également maison et ma foi, fort bons! Le menu est varié, allant des traditionnels oeufs + choix de viande(s), en passant par les omelettes et sandwichs, salades, jusqu’au superbes crêpes (minces et fondantes) aux fruits et/ou chocolat (et etc.).
Le proprio est toujours là, c’est généralement lui qui accueille et il est vraiment sympathique. Tout comme les autres personnes qui y travaillent. La plupart ont l’air sérieux à prime abord, mais inévitablement ils font de l’humour (entendre pince-sans-rire) et c’est formidable! Surtout pour commencer la journée, non?
Finalement, comme on en ressort chaque fois le ventre plein, c’est toujours pratique car on a qu’à faire quelque pas pour ensuite flâner rue Mont-Royal. Et quand il fait beau, c’est tellement agréable…
4489 de la Roche. C’est le petit cousin de l’autre (Le Pistou) sur Mont-Royal.

Un air de famille

J’ai eu le grand plaisir de revoir ce film lors de mon périple en Gaspésie, en compagnie de ma copine Nathalie, de surcroît. Je le dis et je le répète: un petit bonheur arrive rarement seul!
Un film comme je les aime tant. Selon un scénario d’un de mes duo préféré, j’ai nommé Jaoui-Bacri (en collaboration avec le réalisateur). Ils sont également de la distribution, bien sûr, ce qui n’enlève rien à l’affaire, bien au contraire. J’ai rarement connu de scénaristes aussi brillants, et de comédiens aussi talentueux en même temps.
Une histoire toute simple, donc: une famille, les Menard, qui se réunit tous les vendredis au café d’un des fils (Bacri), puis vont manger ensemble. Ce vendredi, c’est en plus la célébration de la fête de Yolande (délicieuse Catherine Frot), l’épouse et la belle-soeur de service. Jean-Pierre Darroussin est aussi efficace qu’effacé en serveur du café et ami non-officiel de Jaoui. Chacun a ses inquiétudes, ses petits et grands problèmes, qui viendront teinter tout autrement les festivités et la soirée. Beaucoup de discussions, d’argumentations, de jugements et de remises en question. Et quelques petites évolutions et constats, tranquilles mais touchants, à travers tout ça.
Comme toujours, c’est filmé très simplement. Des dialogues mordants, intelligents, dérangeants, savoureux. Ce duo a, depuis toujours, cette manière incroyable de nous montrer les gens et les relations, les travers de ceux-ci. Mais de façon tout aussi simple que percutante. L’humour est grinçant et omniprésent. Mention spéciale pour la scène où Yolande développe ses cadeaux, quelques verres et quelques heures plus tard dans la soirée. Un grand moment!
Même si le film date de plusieurs années déjà, il est toujours aussi intéressant et d’actualité. En théorie, une soirée dans la vie d’une famille, mais qui nous permet de comprendre presque toute leur histoire et leurs enjeux. À découvrir ou revoir!
Réal.: Cédric Klapish, 1996, France.

Le rendez-vous

J’ai classé cet ouvrage dans la sous-catégorie «intense», car je n’avais pas envie d’en créer une nouvelle juste pour lui, du genre «longue plainte un peu lassante» ou «aurait -finalement- pu être évité par une thérapie». Mais ce n’est pas mon genre, ça aurait été un peu bête, méchant et somme toute exagéré.
C’est le premier bouquin de Justine mais le deuxième que je lis d’elle. Déjà, on sent une redondance certaine (de façon rétroactive, donc!), une grande similitude avec le premier, pour ne pas dire une obsession. Dommage, parce que son écriture est très vivante, articulée, même drôle (par sarcasme).
Mais je vais dire comme ma copine Nathalie: la mélancolie, la nostalgie, la négativité (et j’ajoute: les plaintes), y en a marre!!! La vie est trop courte pour la gaspiller ainsi!
Alors désolée, Justine! Sois tu changes ton discours et ton unique sujet (entendre toi et tes déboires) … sois tu perds une lectrice (devine c’est qui!?!).
Justine Lévy, France Loisirs, 1995.

La maison du bonheur

Oui, bon! Là j’avoue que c’est un peu plate pour les autres (entendre tous ceux qui ne connaissent pas ma copine et sa famille!) (et qui donc, ne connaîtront jamais ces moments de plaisirs partagés et vivifiants…). Comme dirait «Caliméro» (pour ceux et celles de ma génération!): c’est vraiment trop injuste!?!
À sept heures de route de Montréal, se trouve un petit coin de pays fort agréable. Dans le village de Ste-Anne-des-Monts. Face au fleuve. L’air pur et frais. Avec le bruit des vagues et tout, puisque la glace vient tout juste de fondre. Et ça sent la mer, et tout ce qu’elle comporte de promesses! (je pense principalement à ces formidables petits énergumènes comestibles, délicieux et si bons pour nous!).
Dimanche soir, sur la 1ère avenue, c’était soir de fête! (pour moi) (parce que pour eux, c’est un moment somme toute assez normal). Après une petite visite à la poissonnerie du coin (je parle du coin de la rue), pour ramasser crabe des neiges, saumon, pétoncles et thon frais -je me dois de préciser qu’il s’agit des prises de la JOURNÉE-, oui monsieur, oui madame!- (sauf pour le thon), tout le monde s’active à la cuisine. Stéphane lave et prépare le riz (toute une technique), coupe le poisson, Nathalie concocte une petite sauce mayo épicée et des accompagnements japonais/exotiques, Gabriel, Guillaume et moi arrangeons les légumes et mettons la table.
Quand tout est prêt, c’est là que le vrai gros plaisir («sale») commence (même si la préparation était tout à fait agréable)!: chacun y va de son rouleau de sushi original, unique et chaque fois délicieux! On prend notre petite feuille d’algue que l’on place sur le petit tapis de bambou devant nous, on étale du bout des doigts le riz (sans le taper, me précise mon filleul Gabriel!), puis on y met ce qui nous chante ou nous interpelle, au choix: daïkon mariné, avocat, concombre, œufs de poisson, kampio, salade de wakamé, un ou des poissons crus, tempura (les petits crounches-crounches dont raffole Guillaume!), gingembre mariné, wasabi (l’item fétiche de Stéphane), avec ou sans sauce épicée. On roule, on donne à Nathalie qui nous le rend ensuite en version «dégustation de groupe»: sur un beau plateau carré en poterie (fait main par la porteuse!) on peut alors empoigner, goûter et comparer les chefs d’œuvre de chacun. Seul petit bémol (qui n’en est pas un, d’ailleurs, si vous me suivez bien!): quand on le fait en groupe comme ça, c’est fou tout ce que l’on arrive à ingurgiter en très peu de temps!!!).
Je vais être très honnête avec vous: j’adore le sushi et je connais de formidables endroits pour en manger. J’ai même déjà parlé de quelques-uns sur ce carnet. Mais jamais, au grand jamais, je n’aurais pensé trouver encore mieux en ce domaine, et encore moins en version «maison». Nous avons dégusté des choses que nous ne dégusterons probablement plus jamais. Et c’était d’autant meilleur que fait par nous, tous ensemble, en rigolant et en créant, littéralement.
Si ce n’est pas ça, la vie et le plaisir partagé… eh bien je ne sais pas ce que c’est!
Un gros gros merci à cette formidable famille que j’aime tant… (mais non! désolée! je ne vous donne pas l’adresse!!!).

1 2