Little Miss Sunshine

…délire, et de rire! Vraiment, je ne me souviens pas avoir autant ri, et de si bon coeur, en regardant un film.
Un tout petit film tout simple, tout frais, mais d’une folie, d’un humour extraordinaires.
Un road movie qui rassemble spontanément plusieurs membres d’une même famille, mais qui sont aussi différents et opposés que la Chine, le Cameroun et le Moyen-Orient réunis le seraient, par exemple (mais là s’arrête l’analogie, je précise).
Une mère de famille divorcée, son frère homosexuel et suicidaire, son chum motivateur (presque qu’en faillite), le père de celui-ci, un viel obsédé très actif, ainsi que les deux enfants de la mère, un ado quelque peu «différent» qui ne dit mot et son exquise petite soeur (Olive), une mini « miss america » en devenir (et très originale).
L’histoire raconte donc le grand voyage qu’ils effectuent ensemble, par la force des choses, pour mener la petite Olive aux finales d’un concours de beauté. Et les conséquences, au fur et à mesure des événements qui surviennent en chemin. Tous plus improbables ou farfelus les uns que les autres. Mais auxquels on croit, et surtout, qu’on suit avec un intérêt soutenu et une curiosité certaine (du moins en ce qui me concerne).
Pas de morale, pas de jugement (sauf pour les personnages entre eux, bien sûr, et pour notre plus grand plaisir!), beaucoup de sentiments, bons et moins bons, beaucoup de tendresse, malgré tout, et des liens beaucoup plus profonds qu’il n’y parait. Sur toile de fond, une critique assez virulente du monde des concours de beauté. Ce qui n’est pas pour me déplaire et qui ajoute à l’intérêt de la chose.
Avec des comédiens fabuleux. Tous. En commençant par Toni Collette (la mère), que j’aime beaucoup. Mais aussi Abigail Breslin (Olive), Greg Kinnear (le motivateur), Paul Dano (le frère d’Olive), surprenant Alan Arkin (le grand-père) et Steve Carell, l’oncle homosexuel.
Ce genre de film me séduit, me ravit. Et je me demande ensuite comment les réalisateurs et scénaristes ont bien pu imaginer et produire un tel projet… mais en les remerciant intérieurement de l’avoir fait.

1 commentaire à propos de Little Miss Sunshine

  1. Epicure
    19 août 2006 à 16:40

    La bande-annonce m’avait ravie et comme c’est parfois difficile de me faire rire au cin