Identite… ou criminalite

En lisant l’Actualité du mois d’août, je suis tombée (entre autres) sur un petit encadré relatant l’évolution des mentalités -et de la société canadienne- au sujet de l’homosexuallité.
Personnellement, j’ai l’impression de vivre dans une société et (encore plus) dans une ville (Montréal) très ouvertes à l’homosexualité. D’ailleurs, j’ai cette impression depuis longtemps. Depuis toujours, il me semble. Mais c’est probablement parce que plusieurs de mes amis proches font partie de ce groupe…
Et c’est certainement ce qui explique ma surprise quand j’ai lu que, jusqu’en 1969, au Canada (j’avais 2 ans, MY GOD!), l’homosexualité était interdite et même criminelle. Ça m’apparait tellement proche, 1969, et tellement incroyable comme état de fait. Surtout quand on sait que le mariage gai est maintenant légal. Apparemment, on a fait beaucoup de chemin dans les 3-4 dernières décennies. Tant mieux, mais quand même. Je n’avais pas réalisé tout ça. Pour moi, c’était de l’acquis. Depuis toujours.
Puis, en réfléchissant distraitement et en feuilletant toujours mon magazine, je suis arrivée sur un «spread» surréaliste avec carte du monde et liens détaillant la situation et la condition officielle (et actuelle) de l’homosexualité dans différents pays.
Je n’en revenais pas! L’homosexualité est encore interdite (et passible d’emprisonnement ou de peine de mort, sans parler de répression, violence, etc.) dans plusieurs pays d’Afrique, du Moyen-Orient, des Antilles. Au fond, on le sait, mais en même temps, c’est si loin de nous, à tous les niveaux, c’est comme impensable.
Finalement… je me suis dit qu’on doit pas être si pire que ça comme pays/société, quand on se compare à la Jamaïque, au Cameroun, au Kenya, à l’Arabie Saoudite.
Même si ça me semble un bien triste constat, finalement, surtout en 2006.

1 commentaire à propos de Identite… ou criminalite

  1. Mo Tremblay
    17 mai 2007 à 14:52

    Bonjour,
    Je suis enseignante au secondaire. J’aborde le th