Me and you and everyone we know

Une belle découverte de 2005. Un film différent, intéressant, rafraîchissant. Un heureux mélange entre le vidéo-clip, le pseudo-documentaire et le film d’auteur.
Une histoire simple et attachante, comme la réalisatrice et principale protagoniste.
L’histoire de Christine (jouée par Miranda July), une jeune femme à la recherche de l’amour et une artiste (toujours la même personne) à la recherche de l’inspiration et de succès (et à la démarche des plus éclatée et intègre). Au total, une personne en mal d’amour, de reconnaissance, de bonheur tout simple. Qui fera la rencontre d’un homme (John Hawkes) tout aussi en mal d’amour et de bonheur, à travers sa vie personnelle et sa nouvelle famille éclatée. Probablement ce fameux (et apparemment universel) besoin de toucher quelqu’un et d’être touché en retour, de faire une différence.
Impossible de deviner ce qui va arriver ensuite, à l’image du scénario. On a tellement l’impression qu’il s’agit d’improvisation. Et on s’en fou, en fait. On a pas envie de deviner, on a juste le goût de se laisser porter et de découvrir ce qui va arriver ensuite. C’est pourquoi je ne trouve ni pertinent, ni intéressant, d’en raconter davantage. Mais c’est cousu de petites anecdotes drôles, de petits flashs simplement délicieux.
Rempli d’humour, de dérision et d’auto-dérision, de folie douce et de pudeur. D’intelligence, aussi. Comme quoi, encore une fois, une belle histoire toute simple vaut pafois beaucoup plus que de grands moyens.
Après le film, on garde une impression de légèreté, un sourire, un sentiment de joie et même, de plénitude. Très agréable -et rare- comme sentiment. Bravo!
Réal.: Miranda July, É.U., 2005.

Les commentaires sont fermés pour ce billet.