Kinky Boots

Un délicieux et rigolo petit film qui raconte l’histoire d’un jeune homme dont le père vient subitement de mourir, lui léguant du coup son usine de fabrication de chaussures pour hommes (très classiques) dont il était si fier, mais dans un était plus que précaire. Et ce que fera ce fils, l’attachant Charlie Price, pour perpétuer la tradition, de très originale façon. Grâce au merveilleux concept du marketing… et de tout ce qu’il permet et rend possible.
Un film bonbon, comme je les appelle. Qui nous ravit, nous amuse, nous divertit et nous laisse détendus et contents. Rien de plus profond, mais c’est déjà tout ça. À l’humour anglais (British) que j’adore, pour son ironie, ses couleurs, son mordant.
La pochette disait «dans la foulée de Full Monty», avec raison. Avec la même énergie et presque autant d’humour, mais surtout beaucoup de simplicité et d’humanité.
Les comédiens sont tous très bons: Joel Edgerton (Charlie Price), Chiwetel Ejiofor (Lola), Sarah-Jane Potts (Lauren), dans les rôles principaux.
Un film sans prétention, mais avec beaucoup de cœur, de bons sentiments, de douce folie. Pour moi, c’est souvent une recette des plus prometteuse… surtout, comme dans ce cas-ci, lorsqu’elle est de plus inspirée d’une histoire vraie.
Réal.: Julian Jarrold, É.U./Angleterre, 2005.

Les commentaires sont fermés pour ce billet.